Le paradoxe est connu : un chômage de masse en France mais des difficultés pour les entreprises à pourvoir leurs postes vacants ; une insuffisance de candidats aux profils souvent peu adaptés ; des processus de recrutement longs et laborieux.

Bien sûr, il existe des secteurs en tension tels les services, l’hôtellerie-restauration, la construction, ou l’informatique pour lesquels la pénurie est quasi structurelle. Mais plus largement, cette pénurie de candidats touche tous les secteurs, tous les niveaux de qualification et tous les types d’entreprises, des TPE aux grands groupes. Cela engendre des conséquences néfastes pour nos entreprises, c’est un frein à la croissance et cela contribue à générer du stress pour les équipes en place, parfois sur-sollicitées.

Le groupe SAMSE affiche aujourd’hui 211 postes à pourvoir. Nous n’avons pas de solution miracle mais œuvrons pour palier à cet état de fait.

Ainsi, face à l’inadéquation relative entre le profil des candidats, leur formation et nos besoins, nous avons créé une école de formation interne, principalement destinée aux populations commerciales. Nous formons des promotions de 20 personnes sur 9 mois, en alternant cursus théorique et immersion terrain. Cela conduit à une bonne intégration des nouveaux embauchés et à une meilleure fidélisation.

Attirer les jeunes diplômés, génération exigeante et pressée, davantage séduite par les startups et la création d’entreprise que par notre secteur d’activité, est un challenge. Il faut donner l’envie aux candidats, en améliorant l’image employeur de nos entreprises.

En complément de notre site dédié aux recrutements, notre présence sur les réseaux sociaux, désormais incontournable, est permanente afin d’améliorer notre visibilité sur le marché du travail et interagir avec les candidats. La cooptation de candidats par nos salariés est récompensée financièrement.

Les valeurs de notre société, citées comme un de nos points forts, sont mises en exergue dans le processus d’embauche. Gestion de talents et mobilité interne sont organisées.

Des actions sont engagées sur le bien-être au travail.

Enfin l’apprentissage, qui est au cœur de l’action du MEDEF depuis plusieurs années, est un vivier certain face à la pénurie de candidats. Le projet de loi sur l’apprentissage, présenté récemment par le Gouvernement, valorisera la filière auprès des jeunes et des employeurs.

Les nouvelles aides financières pour les 2 parties, un cadre juridique plus souple, un accès étendu et surtout la plus grande implication des branches professionnelles, vont permettre de parfaire l’adéquation des formations aux besoins des entreprises. Ces mesures prendront quelques années avant de produire leurs effets, mais elles semblent positives.

Pour autant, toute entreprise se doit d’être proactive en la matière. Aujourd’hui, les rôles sont inversés. Pour attirer les bons profils, l’entreprise doit séduire et mettre en avant ses atouts, s’ouvrir et se faire connaître … être concurrentielle, même dans le recrutement

Olivier MALFAIT
Président du Directoire – Groupe SAMSEolivier MALFAIT FEV 2018 portrait